Jkling : une présentation...

Au suivant ! Parler de soi est un exercice qui ne me plaît pas particulièrement. J’éprouve la même appréhension que partagent le grand penseur devant ses confessions, ses mémoires et le collégien s’attaquant à l’exercice pour son cours d’allemand. Pas par timidité, ni par pudeur mais pour plusieurs raisons. Premièrement, dire qui je suis, c’est figer ma personnalité, mes convictions, mes humeurs alors qu’elles sont en perpétuel mouvement, du moins le plus souvent. Celui que je suis aujourd’hui n’est pas la même personne que celui que j’étais hier. J’aime autant me poser calmement dans un coin que de danser comme un détraqué sur un morceaux bien violent. Il m’arrive parfois d’être paresseux à l’extrême et à l’inverse de faire preuve d’initiative pour faire bouger les choses. Je peux être très réfléchi et complètement stupide quelques minutes plus tard. Je suis un être humain, un peu comme les autres, capable du pire et du meilleur aussi. Ensuite, en quoi mon background, mon CV peuvent-ils crédibiliser ce que je peux dire ou écrire ? Allez-vous changer votre regard sur mes propos en sachant qui je suis, ou penser savoir qui je suis ? Je ne pense pas aussi bien manier la plume que la plupart de ceux qui pourraient lire ces lignes. Je ne suis pas non plus pas un grand penseur, un dealer d’arguments d’autorité. Je n’ai pas suivi de formation en anthropologie, en philosophie ni en théologie qui me donnerait une boite à outils fournie pour aborder la majorité des sujets traités sur ce blog. Je ne suis que moi, mais avec ma curiosité, ma soif de réfléchir au sens de chaque chose que je fais ou de celles qui m’entourent. Avoir toujours cette envie de poser la question universelle d’un enfant : ”Pourquoi...

Wob Sinc : une présentation...

En tant que membre de l’espèce humaine, je me suis toujours intéressé à son histoire, à ses représentations du monde, aux façons dont elle s’organise et organise ce qui l’entoure. Depuis peu, je m’intéresse aussi à son avenir proche. Que ce soit grâce à des professeurs, des amitiés, des livres, des heures à surfer sur le Net ou des voyages à l’étranger, j’ai eu la chance de pouvoir étudier un peu d’histoire, d’économie et de littérature, avant de passer à la philosophie, que je travaille plus à fond. Avec des incursions courtes mais intenses en théologie chrétienne. Parmi mes pôles d’investigation préférés, on trouve : * L’histoire des religions, depuis les cosmogonies de la Mésopotamie et de l’Iran ancien, à l’histoire du Judaïsme et du Christianisme occidental, en passant par le Cambodge hindou et bouddhiste * La philosophie et la théologie contemporaines ; autour d’énigmes aussi classiques que la conscience, l’absolu ou le réel – sur des courants comme la phénoménologie et ses avatars postmodernes, notamment religieux, sur les rationalismes et réalismes qui s’en démarquent * La « politique spéculative », zone poreuse entre littératures de fiction et projets politiques réels traitant de l’avenir collectif, en lien – par exemple – avec les questions d’énergie et de ressources, des forces et des limites des technosciences, des nouvelles religions et mutation des anciennes, de l’évolution des manières de vivre et des formes de vie (ce qui m’amène, ces derniers temps, à me pencher sur les courants du posthumanisme, du transhumanisme, et des écologies radicales) Autrement, j’aime beaucoup les sciences de la nature et de l’univers, l’art contemporain, la musique électro (dont chiptune & glitch-hop), l’exploration urbaine, les dunes de sable et les jeux vidéo (en particulier les jeux de rôle cérébraux, adultes, immersifs, portés par...

RomainPeter : une présentation...

Je ne serai pas le premier à me demander comment me présenter: que dire en plus de son nom ? Ma taille, mon âge, mon CV ? Que je fais des études de philosophie, peut-être ? Cela véhicule toutes sortes d’idées reçues, auxquelles pour certaines, j’espère sincèrement ne pas correspondre (notamment celle du doux rêveur sans aucun pragmatisme, ou encore de celui qui s’imagine à tort être un génie …) – en me décrivant, il faudrait donc que j’arrive à communiquer l’idée que c’est d’abord une vocation, plutôt que de simples études. Je m’imagine, à ma modeste échelle, comme une sorte de Socrate – pas vraiment son disciple, plutôt quelqu’un qui se sent appelé à la manière dont lui-même pensait, questionnait tout et n’importe quoi. Au risque de n’être pas vraiment en phase avec ceux qui m’entourent, au risque de préférer la rigueur à la coolitude. D’une certaine manière, c’est à nouveau dans l’air du temps: Socrate passait bien son temps à basher ces hipsters qu’étaient les maîtres de rhétorique, toujours occupés à en mettre plein la vue aux autres, et assez peu à examiner ce qui fait la valeur d’une vie, d’une bonne action, d’une belle chose … Comme Socrate, donc, j’espère être toujours curieux, souvent indigné, lorsque c’est nécessaire. Une sorte de détective qui trouve que tout dans la vie, et pas seulement le crime, mérite de faire l’objet de soupçon et d’enquête. Mais là, est-ce que je ne viens pas de dire qui je pense être, et pas qui je suis réellement ? Comment arriver à être un peu plus objectif ? Après tout, Socrate disait bien d’un côté qu’il cherchait à se connaître lui-même, mais de l’autre, il affirmait: “je ne sais qu’une chose, c’est que je ne sais rien“. Est-ce...

N_P : une présentation...

Parfois les gens autour de vous essayent de vous décrire en deux ou trois mots : j’aime retenir ces descriptions rares, mais souvent justes. Ainsi, pour certains, je suis Merveilleusement démodée et Folk mais classe. Cette dernière phrase décrit l’exigence que je mets même dans les choses simples. Les choses démodées m’ont appris à comprendre ce qui est autour de moi et la transmission des savoirs. Elles font partie des expériences esthétiques les plus intéressantes dans ma vie (ne me lancez pas sur mon herbier et mes fleurs séchées!). Je pars du principe que l’on peut toujours apprendre, qu’il y a toujours un savoir-faire inconnu dans les parages. C’est aussi pour cela que les nouvelles technologies et ce que l’on peut en faire de manière créative me passionnent. Ma bonne résolution de cette année fut d’apprendre une chose par jour. Entre autre j’ai appris à: faire mon propre vin de sorbier, savoir crocheter de la dentelle, commencer à coder avec Python ou encore me faire un avis sur les chemtrails. DIY qu’ils disent. Lorsque je feuillette les Modes & Travaux des années 50, je me dis que notre époque n’a rien inventé côté débrouille, et encore, wikiHow n’existait pas. Mes récentes aventures dans les milieux grassroot et open source m’ont appris que collaborer et partager sont définitivement les choses à faire à notre époque. Depuis un certain temps maintenant je fais des recherches sur le sud des États-Unis. Certains d’entre vous dirons : « c’est le cadet de mes soucis », mais peu importe. Un jour je ferai du Moonshine dans les Appalaches, jouerai du banjo comme dans Délivrance et aurai lu tout Faulkner. En attendant j’ai un sacré crochet du gauche, une machine à tricoter plus vieille que moi et un tas de projets pleins de...

Pierrick : une présentation...

“Qui êtes-vous ?”  Bonne question. Je me demande comment font les blogueurs pour répondre, quand on leur demande une courte introduction sur eux-mêmes.. Comment fait-on pour se présenter sans paraître présomptueux, mais aussi sans se rabaisser ? Comment fait-on pour viser juste, quand on parle de soi ? Commencer peut-être par mon job, “marketing manager”, semble le plus approprié. Au moins ça donne du poids à ce que je raconte. Les gens dans le marketing sont supposés s’y connaître en rédaction d’articles, surtout quand on voit à quel point les notions de ‘content marketing’ se sont développées récemment dans la profession (= publier du contenu de qualité sur le web pour engager son public). Mais parler de son travail en premier ça fait un peu léger, surtout pour un blog qui se concentre sur les thèmes “foi/société/culture/technologies”. Bon ben peut-être mon lieu de résidence actuelle ? Après tout, Brighton (en Angleterre), ça suscite toujours l’attention des gens. Et puis ça expliquera aussi les anglicismes fréquent qu’on pourra retrouver dans mes articles (que j’essaie de limiter le plus possible, mais bon, j’y peux rien si je suis bilingue). Niveau technologie, Brighton on ne peut pas rêver mieux. Bourgeonnement de start-ups, conférences sur le web, Ted Talks locaux, festival du numérique etc.. nul besoin de vous dire que pour tout geek fan du web, c’est le pied. Quoi d’autre ? La musique ? Comme 98% des gens qui la citent en tant qu’ “Activité/Autre” dans leur CV. Oui, pas nécessairement très original.. mais dans tout ce que j’écris, il y a une chanson cachée dans le fond. Ou même un moment dans une chanson, qui va générer un sentiment, suivi d’une idée, qui mènera à un article. Par exemple, le pseudo avec lequel iJayp m’a présenté,...

JoLepel : une présentation...

Dès mon plus jeune âge, je me suis passionnée pour l’observation des milieux ecclésiaux. Vers cinq ans, on m’a surpris en train de reconstituer des scènes du «groupe de jeunes» avec mes lapins de Pâques… Également hyper fan des Belles Histoires de Pomme d’Api, j’ai découvert un peu plus tard que je pouvais lire toute seule, et que les gros livres, c’était encore mieux que les Belles Histoires. Je regardais Goldorak avec ma maman car il me faisait très peur, mais je n’ai eu besoin de personne pour m’enthousiasmer devant les aventures de Candy. De très nombreuses années plus tard, je me retrouve ici, comme rédactrice de The Laddr. Et je n’ai pas beaucoup changé. J’ai du mal à m’endormir le soir, car je refais le monde (et l’Eglise) avant de trouver le sommeil. Je passe des heures à lire dans mon bain. Et je regarde une impressionnante liste de séries chaque semaine (mais jamais des choses qui font trop peur, le traumatisme Goldorak rôde encore…). À côté de cela, je vais travailler tous les jours dans une entreprise où je fais des logos et du découpage et où je rigole beaucoup avec mes collègues fantastiques. Je fais aussi de la radio, crée des cocktails, je me passionne pour les choux et les éclairs, j’essaie d’être la tata la plus cool du monde, je pars en vacances dans les Cévennes avec mes amis et fomente au moins une dizaine d’autres projets par minute. Le tout sans jamais quitter Facebook des yeux. Je vous entretiendrai donc surtout sur mes lectures, sur ce que je regarde à la télé et sur ma perception de l’Eglise et de la culture chrétienne. Bref je viens apporter mon petit barreau à la grande échelle. Photo de couverture :...