Les pilotes de séries US 2014/2015...

Perdu dans la jungle des nouvelles séries chaque année ? Vous ne savez pas quoi regarder au milieu de tout ce flot de nouveaux trucs ? Cette année encore, je me suis donné le défi de regarder tous les pilotes US de la saison 2014/2015, pour vous donner mon modeste et subjectif avis. Vous trouverez par ici un modeste compte-rendu de mes impressions personnelles sur chacun après les avoir vu. L’article sera mis à jour régulièrement en fonction des nouveaux pilotes diffusés durant l’année (laissez-moi juste le temps de les regarder !) Red Band Society Remake d’une série espagnole, Red band society raconte l’histoire d’ados malades qui vivent dans le secteur pédiatrie d’un hôpital. La série est clairement bourrée de défauts : une musique parfois irritante, des personnages caricaturaux, un hôpital beaucoup trop beau pour être vrai et des ficelles franchement pas subtiles. Et pourtant, la série parvient à être vraiment attachante et accrocheuse. 2,8/5 The Mysteries of Laura L’histoire d’une femme-flic qui est en même temps mère et fatiguée. Les scènes dramatiques sont d’une platitude infinie. Lorsque c’est censé être drôle, ça ne l’est pas, et c’est rempli de poncifs ennuyeux. J’avoue que je n’ai pas réussi à finir le premier épisode tellement je le trouvais creux. 1/5 Z-Nation  Je ne peux pas vous dire si c’était bien ou non, j’ai dû arrêter la série dès que j’ai vu la tête d’Harold Perrineau. J’ai tellement peur de le voir gueuler “WAAAAAAALT“… (et je vous avoue que j’en ai marre des zombies) ??/5 Madam Secretary Tea Leoni fait son come-back avec cette histoire d’espionne rangée en prof d’histoire qui se retrouve à la tête des affaires étrangères. Honnêtement, c’était classique, mais pas mal. On sent que les auteurs ont voulu forger un personnage féminin fort,...

Community, c’est fini… ou presque !...

Hier, je trainais sur les nouvelles Allociné, et je suis tombé sur cet article, qui faisait état des tensions entre Dan Harmon, créateur et showrunner de Community et les studios de productions Sony Pictures Television. Dan Harmon, l’âme de l’une des séries les plus originales et créatives du moment, aurait été sur le point de se faire virer de sa propre comédie. J’ai eu un petit peu peur sur le coup, mais, bon, ma foi, ce n’était qu’une rumeur. Sony n’oserait jamais faire cela, quand même ? Cette nuit, la nouvelle est tombée. Dan Harmon s’est bien fait virer, au final. Je sais que je n’ai pas l’habitude de parler de séries ici, habituellement. Je me dis que si je commence, ça n’en finira jamais. Il n’en reste pas moins vrai que les oeuvres télévisuelles ont énormément d’importance pour moi. Pas simplement pour passer le temps quand je n’ai rien à faire, mais aussi sur un plan plus existentiel. Les oeuvres de fiction, dans leur ensemble, fonctionnent comme un miroir qui nous permet de lire et d’interpréter notre vie à la lumière du monde dévoilé sous nos yeux. Elles ouvrent de nouvelles possibilités de vie, et nous aident à mieux comprendre notre existence (mais je ne vais pas m’attarder là-dessus, j’ai déjà un article sur le feu qui parle de ça). Avec le temps, j’ai appris à apprécier particulièrement les auteurs qui réussissent à transmettre une large part d’eux-mêmes dans ce qu’ils produisent. Qui jouent le jeu du miroir, qui ont un discours sur la vie, le monde, la réalité, les relations. C’est le cas de types comme Joss Whedon ou Steven Moffat à la télévision, ou Wes Anderson au cinéma (je suis ici purement subjectif – chacun ses références). Et Dan Harmon, le créateur...