Jkling : une présentation...

Au suivant ! Parler de soi est un exercice qui ne me plaît pas particulièrement. J’éprouve la même appréhension que partagent le grand penseur devant ses confessions, ses mémoires et le collégien s’attaquant à l’exercice pour son cours d’allemand. Pas par timidité, ni par pudeur mais pour plusieurs raisons. Premièrement, dire qui je suis, c’est figer ma personnalité, mes convictions, mes humeurs alors qu’elles sont en perpétuel mouvement, du moins le plus souvent. Celui que je suis aujourd’hui n’est pas la même personne que celui que j’étais hier. J’aime autant me poser calmement dans un coin que de danser comme un détraqué sur un morceaux bien violent. Il m’arrive parfois d’être paresseux à l’extrême et à l’inverse de faire preuve d’initiative pour faire bouger les choses. Je peux être très réfléchi et complètement stupide quelques minutes plus tard. Je suis un être humain, un peu comme les autres, capable du pire et du meilleur aussi. Ensuite, en quoi mon background, mon CV peuvent-ils crédibiliser ce que je peux dire ou écrire ? Allez-vous changer votre regard sur mes propos en sachant qui je suis, ou penser savoir qui je suis ? Je ne pense pas aussi bien manier la plume que la plupart de ceux qui pourraient lire ces lignes. Je ne suis pas non plus pas un grand penseur, un dealer d’arguments d’autorité. Je n’ai pas suivi de formation en anthropologie, en philosophie ni en théologie qui me donnerait une boite à outils fournie pour aborder la majorité des sujets traités sur ce blog. Je ne suis que moi, mais avec ma curiosité, ma soif de réfléchir au sens de chaque chose que je fais ou de celles qui m’entourent. Avoir toujours cette envie de poser la question universelle d’un enfant : ”Pourquoi...