Tags

Related Posts

Share This

Jkling : une présentation

Au suivant ! Parler de soi est un exercice qui ne me plaît pas particulièrement. J’éprouve la même appréhension que partagent le grand penseur devant ses confessions, ses mémoires et le collégien s’attaquant à l’exercice pour son cours d’allemand. Pas par timidité, ni par pudeur mais pour plusieurs raisons.

Premièrement, dire qui je suis, c’est figer ma personnalité, mes convictions, mes humeurs alors qu’elles sont en perpétuel mouvement, du moins le plus souvent. Celui que je suis aujourd’hui n’est pas la même personne que celui que j’étais hier. J’aime autant me poser calmement dans un coin que de danser comme un détraqué sur un morceaux bien violent. Il m’arrive parfois d’être paresseux à l’extrême et à l’inverse de faire preuve d’initiative pour faire bouger les choses. Je peux être très réfléchi et complètement stupide quelques minutes plus tard. Je suis un être humain, un peu comme les autres, capable du pire et du meilleur aussi.

Ensuite, en quoi mon background, mon CV peuvent-ils crédibiliser ce que je peux dire ou écrire ? Allez-vous changer votre regard sur mes propos en sachant qui je suis, ou penser savoir qui je suis ? Je ne pense pas aussi bien manier la plume que la plupart de ceux qui pourraient lire ces lignes. Je ne suis pas non plus pas un grand penseur, un dealer d’arguments d’autorité. Je n’ai pas suivi de formation en anthropologie, en philosophie ni en théologie qui me donnerait une boite à outils fournie pour aborder la majorité des sujets traités sur ce blog. Je ne suis que moi, mais avec ma curiosité, ma soif de réfléchir au sens de chaque chose que je fais ou de celles qui m’entourent. Avoir toujours cette envie de poser la question universelle d’un enfant : ”Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? ” De trouver la motivation cachée derrière tel phénomène ou tel comportement. Et surtout ne pas lâcher le morceaux jusqu’à avoir obtenu une réponse consistante, solide quitte à rester un temps sans en avoir.

Il y a tout de même une question à laquelle je répondrai : qu’est-ce qui me motive à faire partie de l’aventure the Laddr ?

Pour me répéter, ce n’est pas la prétention de montrer un quelconque savoir, ni d’avoir raison à tous les coups. Je revendique seulement une liberté de penser, de creuser, de chercher et d’échanger avec d’autres. Être d’accord ou ne pas l’être, peu importe. Participer à un espace de liberté, où les différents avis s’expriment, s’écoutent et apprennent de l’autre, comme le fer aiguise le fer. Cela va plus loin qu’une séparation auteur/lecteur, qui n’a pas forcément lieu d’être. Je ne veux pas être là parce que c’est cool d’écrire des articles sur un blog, que ça fait mec qui a de la discussion, etc … Je vous avouerai que je ne suis pas imperméable à une telle glissade, on ne sait jamais, mais je vais essayer d’être vrai plutôt qu’à chercher à plaire à tout prix. C’est aussi parce que j’adhère avec ce qu’on cherche à vivre sur the Laddr : voir que ce l’on croit différent, paradoxal, opposé peut se côtoyer, même s’unifier. Parce que juste écrire, exposer ses idées, n’aura pas autant de sens s’il y a une interaction avec l’autre. Parce que la foi peut se vivre, se dessiner, se trouver à côté d’où elle est « censée être », même si on ne le savait pas auparavant.

Au fait, mon vrai prénom c’est Jean, j’ai 26 ans. J’aime les gens, la musique et la bonne bouffe mais c’est pas si important maintenant.