Chronique : Craft Spells, Idle Labor

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler d’un mec dont je n’entends pas beaucoup parler, mais qui mérite pourtant davantage d’attention. Ce bonhomme en question s’appelle Justin Vallesteros, et il a un groupe qui s’appelle Craft Spells.

Craft Spells a un peu moins d’un an. Justin s’ennuyait dans sa petite ville de Stockton en Californie à faire des recherches d’Emma Watson sur Google Images, à faire la cuisine et à regarder des vidéos sur Netflix. Il compose des morceaux depuis qu’il a 15 ans, pour pouvoir passer le temps. Avec Craft Spells, il fait enfin la musique dont il a toujours rêvé. Remarqué par Mike Sniper de Captured Tracks (l’un des meilleurs labels du monde), Justin enregistre une poignée de titres et sort enfin son premier disque, Idle Labor.

Craft Spells n’est pas l’album le plus original de l’année. A bien des reprises, l’album rappelle la pop sous influence 80’s de Wild Nothing (comme sur For the Ages, ou plus encore sur Given the time), ou les guitares de Beach Fossils (voir The Fog Rose High). Justin est d’ailleurs un fan revendiqué des deux groupes. Bien au-delà de ces deux références récentes, on entend clairement une influence venue de New Order (prenez par exemple le single phare After the moment) ou encore Felt. Tantôt, le disque laisse transparaître une certaine mélancolie, tantôt il est plus enjoué, avec une basse légèrement disco et des synthés sautillants. Si la première moitié de l’album est assez inégale, après le tube After the moment, la deuxième moitié s’envole.

Comme souvent dans la musique pop (qu’elle soit cataloguée « indie » ou non), la plupart des morceaux parlent de filles, de couples, de ruptures, d’amours réussis ou ratés. On sent que Justin a un côté cœur d’artichaut (comme Hemingway !), qui s’imagine une vie avec une bien aimée. Les paroles sont très directes, et Craft Spells ne fait pas vraiment dans la dentelle, contrairement à la mode actuelle dans l’indie pop de parler d’amour avec un tas d’images et de sous-entendus (Best Coast ne compte pas !).

Si vous êtes donc amateurs de chansons romantiques, de synthétiseurs, que vous êtes nostalgiques de la deuxième moitié des années 80, que vous êtes fan de la BO de la série Glory Daze, ce disque est pour vous !

Morceaux de prédilections : After the moment, Given the time, Your Tomb, For the ages, You Should Close the Door

Pour écouter sur Deezer, c’est par ici.
Si vous utilisez Spotify, c’est par là.