L’évangile selon Mac : Bible et culture électronique

Si je vous dis le mot Bible, à quoi pensez-vous ?

Je suis sûr que pour beaucoup d’entre vous, la Bible est avant tout un livre (recouvert par la poussière), qui parle de trucs plus ou moins obscurs, mystérieux et très vieux, liés à Dieu. Pour d’autres, la Bible est, ou contient la Parole de Dieu. D’autres pensent que c’est un livre culturel qui a marqué la civilisation, mais qui n’a plus vraiment de valeur aujourd’hui.

Effectivement, la Bible a quelques millénaires derrière elle. Ecrire par des dizaines de personnes sur des siècles, elle a alimenté la foi, la culture et la spiritualité de générations depuis très très longtemps. Elle a réussi à survivre aux générations, étant constamment redécouverte sous un nouveau jour et réinterprétée pour une génération et une époque. Cet article a pour but de donner quelques pistes de réflexion sur la manière dont la Bible pourrait être utilisée aujourd’hui, à l’heure d’internet et de l’électronique environnant. Ce ne sont pas de grandes réponses, ni des solutions, juste quelques pensées…

La Bible n’est pas un livre, c’est une bibliothèque.

Dans l’église ancienne, il n’y avait pas un livre unifié appelé Bible, il y avait une série de rouleaux, avec le livre d’Esaïe, le premier livre de Pierre, l’épître de Paul aux Romains, le rouleau de la Genèse et celui de l’évangile selon Marc. Ce n’est qu’avec l’apparition du livre que la Bible deviendra un livre unifié qui commence par la Genèse et se termine par l’Apocalypse. A la lumière de la culture électronique, il est urgent de se dégager de cette vision biaisée pour redécouvrir la Bible dans sa diversité.

La Bible hypertexte

Malgré sa diversité, cette bibliothèque fourmille de liens et d’interconnexions. La Bible intègre des écrits très différents, qui restent cependant connectés les uns aux autres. La Bible forme un réseau de textes, qui se font écho les uns aux autres, reliés par des références, des thématiques, ou des mots-clés (on pourrait appeler ça la Bible hypertexte). Même si chaque texte est indépendant en soi, il intègre des éléments et des thématiques d’autres livres, qu’il est important de pouvoir lier ensemble pour pouvoir avoir une image globale et comprendre les enjeux du texte.

La Bible comme base de données

Avec l’apparition du web, le mode d’accès à la connaissance a lui aussi changé. On ouvre plus tant des livres qu’on ne se connecte sur la barre de recherche de Google pour naviguer sur Wikipedia, ou chercher des sites spécialisés. Dans le même ordre d’idée, la Bible peut quitter son aspect de livre unifié pour devenir une base de données, où il est possible de naviguer via moteur de recherche. Ce qui n’est pas sans poser certains problèmes. Une Bible comme base de données peut élargir l’horizon et les possibilités de choses à connaître, mais donne moins l’occasion de vagabonder à des endroits inhabituels. Une Bible comme base de données pose également le problème de la limite du canon biblique, qu’il est difficile de garder aussi figé.

La Bible est une histoire

La Bible est très vaste, et il y a tout un tas de styles différents. De la poésie, des oracles prophétiques, du récit, de la théologie systématique, des chants, tout un tas de choses. Mais entre les lignes, malgré toute cette diversité de style, il faut garder en tête que la Bible cherche avant tout à raconter une histoire, celle entre Dieu et les êtres humains. A une époque où le texte est remplacé petit à petit par l’image, il faut redécouvrir l’importance de cette question de l’histoire. Il ne faut pas pour autant arrêter de penser, de systématiser et d’utiliser notre intelligence rationnelle. Mais soyons honnêtes : les gens ne sont plus tant intéressés par la pensée logique que par les histoires, les expériences, le vécu. Vouloir parler de la Bible et sur la Bible aujourd’hui, c’est revaloriser cet aspect d’histoire, d’expériences entre Dieu et des croyants.

La Bible est une expérience

De là découle le dernier point : la Bible ne doit pas rester un ouvrage poussiéreux, mais une expérience personnelle. Ces histoires et ces expériences passées disent également des choses sur nous aujourd’hui. L’histoire des hébreux au désert, c’est également mon histoire. Dieu a libéré des femmes et des hommes d’Egypte. Et il continue de le faire. Il m’a libéré, et continue. Tous les jours. L’histoire que la Bible raconte n’est pas terminée, parce qu’elle continue avec nous, aujourd’hui. Lire la Bible ne devrait pas nous laisser indemne, car cela nous fait participer à une expérience millénaire de gens qui sont transformés par quelque chose qui vient d’ailleurs. Elle contient la possibilité d’une rencontre avec Dieu, d’où découle un être et un monde nouveau, qui se réveille sur les cendres de l’ancien. Une expérience, en somme.